Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Eglise et pouvoirs : Bulletin n° 165 du CPED, décembre 1971.
Eglise et pouvoirs : Bulletin n° 165 du CPED, décembre 1971.
Novembre 1971

Aux Eglises, Institutions, Œuvres et Mouvements de la Fédération protestante de France

Chers frères et sœurs,

L'Assemblée du Protestantisme réunie à Grenoble avait demandé "que la F.P.F. encourage les Eglises à s'interroger avec sincérité sur les rapports de fait qu'elles entretiennent ave les pouvoirs économiques et politiques en place et à se demander quelles relations correspondraient réellement à leur mission".

En janvier 1970, le Conseil de la Fédération chargeait un groupe de travail de réfléchir à la manière la plus opportune de répondre à cette invitation. La tâche était ardue tant par son objet qu'accessoirement par la difficulté de réunir les personnalités choisies, toutes très occupées. Il s'agissait en effet de MM. Pierre Bruneton, Georges Casalis, Albert Frey, Claude Gruson, Jacques Lochard et Georges Velten.

Après de multiples séances de travail auxquelles sa résidence alsacienne empêcha malheureusement le Pasteur Frey de participer jusqu'au bout, un premier texte fut élaboré sous la présidence éclairée, patiente, persévérante, par moment même acharnée, de M. Claude Gruson auquel, sans oublier ceux qui l'entouraient, la Fédération a témoigné sa reconnaissance.

En juin 1971, le Conseil consacrait une demi journée à l'étude de ce texte, présentait plusieurs observations confirmées par écrit qui toutes furent soigneusement examinées et partiellement retenues par le groupe de travail au cours de deux séances supplémentaires.

Ainsi remanié, le texte définitif présenté le 3 octobre dernier a été, suivant l'expression consacrée, pris en considération et le Conseil m'a chargé de l'envoyer pour étude aux Institutions, Œuvres et Mouvements formant la Fédération Protestante.

Il eut été surprenant qu'n texte de ce genre qui pour atteindre son objectif s'est, à juste titre, voulu vigoureux, pût être avalisé en toutes ses parties par chaque membre d'un Conseil dont la composition est à l'image du protestantisme français, très diverse. Au cours de l'étude qui en fut faite des réserves ont été formulées, au fond, sur l'ensemble, sur telle ou telle partie ou paragraphe en particulier son chapitre 7 et, ici ou là, sur la forme rédactionnelle. Il a été demandé d'autre part que fut rappelée la lettre d'information du Conseil publiée en mars 1963 sur "les Eléments Permanents d'une Ethique sociale chrétienne" dont l'approche du problème était différente.

Tel quel, le document paraît cependant répondre à la recommandation de Grenoble et constituer une interpellation susceptible de provoquer cette interrogation sincère qu'il nous était demandé d'encourager parmi les Eglises. Sons introduction situe parfaitement les conditions dans lesquelles il fut écrit, laborieusement, dans une recherche de compréhension mutuelle profonde entre les rédacteurs qui ne constituaient pas un groupe homogène et sans aucun doute dans un souci de fidélité et d'obéissance à l’Évangile, qui doit permettre aux lecteurs de le recevoir avec humilité et d'en poursuivre l'étude.

Aucun fidèle - comme d'ailleurs aucune paroisse - après avoir prêté une attention particulière au contenu de cette introduction, même s'il se trouve heurté ou irrité par certains passages du texte, voire par son analyse générale, ne pourrait nier qu'il est de nature à favoriser une prise de conscience d'un problème majeur trop souvent et trop longtemps écarté, pour des raisons probablement toutes mauvaises, de nos préoccupations de chrétiens.

Veuillez agréer, chers frères et sœurs, l'assurance de mes sentiments dévoués.

Jean Courvoisier (président de la Fédération protestante de France, de 1970 à 1977)

NB - Il est évident que les procédures à mettre en œuvre pour l'étude de ce document par les églises et les mouvements doivent être déterminées par eux-mêmes. A ce sujet, il est important de noter que les rédacteurs, dans l'introduction, déclarent être disposés à y tenir une place active.

La Fédération protestante serait reconnaissante à tous les groupes qui auraient été constitués pour travailler cette question de bien vouloir lui communiquer leurs réactions avant l'été prochain en vue de l'Assemblée générale de novembre 1972.

**************************

* Brève note historique : En 1969, l’Assemblée générale de la Fédération protestante de France a pour thème "Quel développement et pour quel homme ?". L’une des résolutions finales est la constitution d’un groupe de réflexion, auquel participent des pasteurs et des laïcs. Claude Gruson en est le président. En novembre 1971, le groupe publie le texte "Églises et pouvoirs" ; le journal Le Monde écrira : "la Fédération protestante de France juge la société actuelle inacceptable". Ce texte est très diversement accueilli dans la communauté protestante et certains courants conservateurs s’y opposent, comme en témoigne la création, en 1974, de la Faculté libre de théologie d’Aix-en-Provence, contre le gré de la Fédération protestante de France.

* Le document intégral (en PDF)

* Un article de Jean Baubérot sur le contexte dans lequel "Église et Pouvoirs" a été rédigé :
"L'élaboration du document "Eglise et Pouvoirs". Tentative d'analyse du pouvoir de contester", Archives des Sciences sociales des Religions, 19
80, 49/1

Tag(s) : #Histoire

Partager cette page

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :