Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Croix huguenote taillée dans un schiste des Cévennes.
Croix huguenote taillée dans un schiste des Cévennes.

Maison fraternelle – 37, rue Tournefort, Paris Ve (75005)

  • Samedi 7 février 2015, 17h à 18h30 – La non-violence, jusqu’où ? La non-violence (dix commandements, christianisme / Sermon sur la montagne, Tolstoï, transcendentalisme américain / Emerson et Thoreau, Gandhi, André Trocmé, Martin Luther King,Günther Anders...) à l'épreuve des guerres de religion, de l’anomie, du terrorisme et des conflits sociaux ou sociétaux. Animé par Antoine Peillon, avec Claire Gruson et Robert Philipoussi.
« Il faut ici préciser encore un point, peu clair pour beaucoup de chrétiens. L'on fait parfois à ce que nous venons de dire l'objection suivante : ’’A Dieu seul appartient la rétribution. A nous, il ne nous demande que l'amour. Retirons donc nos mains de toute œuvre de violence’’. Une telle idée méconnaît l'essence même de cette défense de l'image de Dieu qui nous est confiée.

Nous n'exerçons point le jugement dernier de Dieu, nous ne sommes point les artisans de sa dernière rétribution. Nous ne faisons que contribuer, dans l'intérêt même des hommes, à la sauvegarde de l'Homme. Et Dieu ne veut faire aucune de ses œuvres seul. Il nous associe à toutes ses œuvres. Et cette œuvre n'est point la destruction dernière. Elle est l'acte d'amour par lequel Dieu maintient et impose au monde l'espérance.

Pour nous aider à accomplir cette tâche de discipline, de sauvegarde pendant le temps qui s'écoule entre la venue de Jésus-Christ et l'établissement glorieux du règne de Dieu, Dieu nous a donné l'Etat. L'Etat est institué par Dieu pour préserver la vie ; pour permettre aux hommes - qui ne sont pas encore recréés à l'image de Dieu et qui même ne possèdent pas encore cette image - de ne pas s'entre-manger ; pour permettre à la prédication de l'Evangile de répandre le mieux possible sa nouvelle et de recréer ainsi le plus possible ces images de Dieu à l'image de Christ. Sauf exception, nécessitée par le fait que l'Etat serait infidèle à sa tâche, c'est à l'Etat seul qu'appartiendra la violence, la puissance de police et la force militaire. Il est chargé de l'exécution des volontés de Dieu relatives à la sauvegarde de son image contre les violences excessives des hommes. C'est en ce sens que l'apôtre Paul écrit : ’’Le magistrat est ministre de Dieu pour tirer vengeance de celui qui fait le mal et le punir ; ce n'est pas en vain qu'il porte l'épée. Que chacun soit donc soumis, non seulement par crainte, mais aussi par motif de conscience’’.

Un mot encore en ce qui concerne la guerre. J'entends déjà l'objection si courante : ’’Nous voulons bien admettre qu'il soit possible de faire la guerre au nom de Dieu et nous croyons qu'il y a des cas où il faille sauvegarder par les armes la liberté de la prédication de l'Evangile et, en conséquence, l'image de Dieu en l'homme. Mais les soldats de l'armée ennemie, sur lesquels nous tirons, ne sont pourtant pas tous des diables. Plusieurs sont chrétiens, meilleurs chrétiens peut-être que moi. Alors, n'est-ce pas un meurtre que de les tuer ?’’ Ici, il faut se souvenir qu'un chrétien qui participe à des bénéfices injustes est coupable, de même qu'un chrétien qui participe à une guerre injuste. Par sa participation, il contribue à soutenir la cause du mal. Nous n'avons donc aucun scrupule à user envers lui de la même violence que Dieu nous ordonne d'avoir contre ceux qui tentent d'anéantir son image.

Il faudra d'ailleurs se garder de toute sentimentalité et de toute précipitation dans la décision que nous aurons à prendre, comme juges, comme gendarmes, comme soldats. Nous aurons à nous poser très sérieusement et devant Dieu les deux questions : Suis-je sans haine ? Mon seul objet est-il de défendre l'image de Dieu ? Et ensuite : Mon seul but est-il de rendre le vrai service et à Dieu et à mon prochain, même à celui contre lequel je dois sévir, en exerçant la sauvegarde de l'image de Dieu ? Si nous pouvons répondre affirmativement à ces deux questions, nous aurons le droit de prendre l'épée. Car si ’’celui qui a pris l'épée périra par l'épée’’, il faut qu'il y ait quelqu'un qui tire la seconde épée ! »

« Tu ne tueras point », par Jean-Louis Leuba, dans Roland de Pury (dir.), avec E. Brunner, Ch. Brutsch, J.-L. Leuba, J.-P. Ramseyer et W. A. Visser’t Hooft, L’Ordre de Dieu ; La vie chrétienne selon le décalogue, Neuchâtel et Paris, Delachaux & Niestlé, 1946.

« Dans le monde réel, les hommes armés existent, ils construisent Auschwitz, et les honnêtes et les désarmés aplanissent leur voie ; c'est pourquoi chaque Allemand, plus, chaque homme, doit répondre d'Auschwitz, et qu'après Auschwitz il n'est plus permis d'être sans arme. » (Primo Levi, Il Sistema periodico / Le Système périodique, Turin [Italie], Einaudi, 1975, et Le livre de poche n°3229, 2001, p. 242)

Petite bibliographie, pour préparer la discussion :

  • Collectif (sous la direction de Méïr Tapiero), Les Dix Paroles, Paris, Cerf, 1995.
  • Avrohom Chaim Feuer et Nosson Scherman, Asseret Hadibrot ; Les Dix Commandements, Paris, Editions du Sceptre, 2003.
  • Marc-Alain Ouaknin, Les Dix Commandements, Paris, Seuil, 1999.
  • Raphaël Draï, La Traversée du désert ; L’invention de la responsabilité, Paris, Fayard, 1988.
  • Josy Eisenberg et Armand Abecassis, Moi, le gardien de mon frère ? A Bible ouverte III, Paris, Albin Michel, 1980.
  • Josy Eisenberg et Benjamin Gross, Le Testament de Moïse ; A Bible ouverte VI, Paris, Albin Michel, 1996.
  • Raphaël Draï, Le Mythe de la loi du talion, Paris, Anthropos, 1996.
  • David Flusser, Les Sources juives du christianisme ; Une introduction, Paris et Tel-Aviv, L’Eclat, 2013.
  • David Flusser, Jésus, Paris et Tel-Aviv, L’Eclat, 2005.
  • Njojo Kahwa, Ethique de la non-violence ; Etudes sur Jésus selon les évangiles, Genève (Suisse), Globethics, 2013.
  • Elian Cuvillier, Naissance et enfance d’un Dieu ; Jésus Christ dans l’évangile de Matthieu, Bayard, 2005.
  • Elian Cuvillier, Le Sermon sur la Montagne ; Vivre la confiance et la gratuité, Bière (Suisse), Cabédita, 2013.
  • Jean Zumstein, Miettes exégétiques, Genève, Labor et Fides, 1991.
  • Marcel Dumais, Le Sermon sur la Montagne, Sainte-Foy (Québec), Paris, Letouzey & Ané, 1995.
  • Alberto Mello, Evangile selon saint Matthieu ; Commentaire midrashique et narratif, Paris, Cerf, 1999.
  • Jacques Cazeaux, L’Evangile selon Matthieu ; Jérusalem entre Bethléem et la Galilée, Paris, Cerf, 2009.
  • Jean-Michel Hirt, Paul, l’apôtre qui ’’respirait le crime’’, Arles, Actes Sud, 2014.
  • François Vouga, Politique du Nouveau Testament ; Leçons contemporaines, Genève, Labor et Fides, 2008.
  • Lytta Basset, Sainte colère ; Jacob, Job, Jésus, Paris et Genève (Suisse), Bayard + Labor et Fides, 2002.
  • Pierre Gibert, L’Espérance de Caïn ; La violence dans la Bible, Paris, Bayard, 2002.
  • Elie Barnavi et Anthony Rowley, Tuez les tous ! La guerre de religion à travers l’histoire, VIIe-XXIe siècles, Paris, Perrin, 2006.
  • Elie Barnavi, Les Religions meurtrières, Paris, Flammarion, 2006.
  • Jan Assmann, Violence et monothéisme, Paris, Bayard, 2009.
  • René Girard, La Violence et le sacré, Paris, Grasset, 1972.
  • Régis Debray, Le Feu sacré ; Fonctions du religieux, Paris, Fayard, 2003, collection Folio, 2005 et 2007.
  • Nicolas Le Roux, Les Guerres de religion, 1559-1629, Paris, Belin, 2009.
  • Denis Crouzet, Les Guerriers de Dieu : la violence au temps des troubles de religion (v. 1525 -v. 1610), Seyssel, Champ Vallon, 2005.
  • Denis Crouzet, Dieu en ses royaumes : une histoire des guerres de religion, Seyssel, Champ Vallon, 2008.
  • Janine Garrisson, La Saint-Barthélemy, Bruxelles, Complexe, 1987.
  • Denis Crouzet, La Nuit de la Saint-Barthélemy ; Un rêve perdu de la Renaissance, Paris, Fayard, 1994.
  • Jean-Louis Bourgeon, L'Assassinat de Coligny, Genève, Droz, 1992.
  • Arlette Jouanna, La Saint-Barthélemy : Les mystères d'un crime d'Etat, 24 août 1572, Paris, Gallimard, coll. « Les journées qui ont fait la France », 2007.
  • Etienne de La Boétie, Le Discours de la servitude volontaire, Paris, Payot, 1976, 2002.
  • Stefan Zweig, Conscience contre violence ; Castellion contre Calvin (1936), Paris, Le Castor astral, 2004.
  • Quentin Skinner, Les Fondements de la pensée politique moderne, Paris, Albin Michel, 2009.
  • Nicolas Dubos, Le Mal extrême ; La guerre civile vue par les philosophes, Paris, CNRS éditions, 2010.
  • Philippe Desan, Montaigne ; Une biographie politique, Paris, Odile Jacob, 2014.
  • Philippe Joutard, Les Camisards, Paris, Gallimard, 1994, 2013 [Julliard-Gallimard, 1987].
  • Jean-Paul Chabrol, La Guerre des Camisards en 40 questions, Nîmes, Alcide, 2010.
  • Patrick Cabanel et Philippe Joutard (dir.), Les Camisards et leur mémoire, 1702-2002, Montpellier, Les Presses du Languedoc, 2002.
  • Patrick Cabanel, Résister ; Voix protestantes, Nîmes, Alcide, 2012.
  • Johan Maarten, Le Village sur la montagne ; Tableau de l’église fidèle sous le régime nazi, Genève et Paris, Labor et « Je sers », 1940.
  • Patrick Cabanel, avec Philippe Joutard et Jacques Poujol, Cévennes, terre de refuge (1940-1944), Sète, Nouvelles Presses du Languedoc, 2012 [1987].
  • Patrick Cabanel avec Philippe Joutard, etc., La Montagne refuge ; Accueil et sauvetage des Juifs autour du Chambon-sur-Lignon, Paris, Albin Michel, 2013.
  • Lieu de mémoire au Chambon-sur-Lignon, Le Plateau, terre d’accueil et de refuge, avec une préface de Patrick Cabanel, Le Cheylard (Ardèche), 2013.
  • Renée et François Bédarida, La Résistance spirituelle, 1941-1944 ; Les Cahiers clandestins du « Témoignage Chrétien », Paris, Albin Michel,‎ 2001.
  • Pierre Bolle et Jean Godel (dir.), Spiritualité, théologie et résistance, Grenoble, PUG, 1987.
  • Renée Dray-Bensousan (dir.), Les Eglises, les religions et la Shoah, Paris, Cerf, 2013.
  • André Trocmé, Jésus-Christ et la révolution non violente, Genève (Suisse), Labor et Fides, 1961.
  • Roland de Pury (dir.), avec E. Brunner, Ch. Brutsch, J.-L. Leuba, J.-P. Ramseyer et W. A. Visser’t Hooft, L’Ordre de Dieu ; La vie chrétienne selon le décalogue, Neuchâtel et Paris, Delachaux & Niestlé, 1946.
  • Lucien Lazare, Le Livre des Justes, Paris, Jean-Claude Lattès, 1993.
  • Lucien Lazare, La Résistance juive ; Un combat pour la survie, Paris, Alliance israélite universelle, 2001.
  • Michel Terestchenko, Un si fragile vernis d’humanité ; Banalité du mal, banalité du bien, Paris, La Découverte, 2005, 2007.
  • Tzvetan Todorov, Face à l’extrême, Paris, Seuil, collection Points, 1994.
  • Jorge Semprun, Le Métier d’homme ; Husserl, Bloch, Orwell ; Morales de résistance, Paris, Climats, 2013.
  • Gérard Rabinovitch, Terrorisme / Résistance ; D’une confusion lexicale à l’époque des sociétés de masse, Lormont (33), Le Bord De L’eau, 2014.
  • Jacques Semelin, Sans armes face à Hitler ; La Résistance civile en Europe (1939 – 1943), Payot, 1989 ; Résistance civile et totalitarisme, André Versaille, 2011 ; Persécutions et entraides dans la France occupée ; Comment 75 % des Juifs de France ont échappé à la mort, Seuil, 2013.
  • Raphaël Picon, Emerson ; Le sublime ordinaire, Paris, CNRS, 2015.
  • Henry David Thoreau, Résistance au gouvernement civil et autres textes, Marseille, Le Mot et le Reste, 2011.
  • Léon Tolstoï, Le Royaume des cieux est en vous, Neuvy-en-Champagne, Le Passager clandestin, 2010.
  • Léon Tolstoï, Ecrits politiques, Montréal (Québec), Éditions Écosociété, 2003.
  • Renaud Garcia, Léon Toslstoï ; Contre le fantasme de toute-puissance, Neuvy-en-Champagne, Le Passager clandestin, 2013.
  • Wilfred Monod, Vers l’Evangile ; Sous la nuée de Guerre ; Courtes méditations pour commencer chaque semaine, Paris, Fischbacher, 1915.
  • Simone Weil, L’Iliade ou le poème de la force et autres essais sur la guerre, Paris, Payot & Rivages, 2014.
  • Albert Camus, L’Homme révolté, Paris, Gallimard, 1951.
  • Gandhi, Tous les hommes sont frères, UNESCO, 1958 ; Gallimard, 1990, 2012.
  • Manuel Cervera-Marzal, Gandhi ; Politique de la non-violence, Paris, Michalon, 2015.
  • Martin Luther King, Minuit, quelqu’un frappe à la porte, Paris, Bayard, 2000.
  • Nelson Mandela, Pensées pour moi-même, Paris, La Martinière, 2011.
  • Emmanuel Levinas, Totalité et infini, La Haye, Martinus Nyhoff, 1980, et Paris, Livre de Poche, 2006.
  • Jacques Derrida, « Violence et métaphysique. Essai sur la pensée d’Emmanuel Lévinas », Revue de Métaphysique et de Morale n° 69, 1964, pp. 322-354 et 425-473 ; repris dans L’Ecriture et la différence, Paris, Seuil, 1967, pp. 117-228.
  • Claude Cohen-Boulakia, « De l'altruisme comme ivresse ? », Pardès n°26, 1999, pp. 79-85.
  • Corine Pelluchon, Tu ne tueras point ; Réflexions sur l'actualité de l'interdit du meurtre, Paris, Cerf, 2013.
  • David Brezis, Levinas et le tournant sacrificiel, Paris, Hermann, 2013.
  • Theodor W. Adorno, Minima Moralia ; Réflexions sur la vie mutilée, avec une postface de Miguel Abensour : « Le choix du petit », Paris, Payot, 1991.
  • Jean-Marie Muller, Entrer dans l’âge de la non-violence, Paris, Le Relié, 2011.
  • Günter Anders, La Violence : oui ou non ; Une discussion nécessaire, Paris, Fario, 2014.
  • Howard Zinn, Désobéissance civile et démocratie, Marseille, Agone, 2010.
  • Howard Zinn, L’impossible neutralité ; Autobiographie d’un historien et militant, Marseille, Agone, 2006, 2013.
  • Comité invisible, L’Insurrection qui vient, Paris, La Fabrique, 2007.
  • Grégoire Chamayou, Les Chasses à l’homme, Paris, La Fabrique, 2010.
  • Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon, La Violence des riches, Paris, La Découverte, 2014.
  • Jean Ziegler, Retournez les fusils, Seuil, 2014.

Programme prévisionnel

* 21 mars 2015, 17h à 18h30 - Poésie, audace, prophétisme face au "prince de ce monde". Animé par Claire Gruson, Robert Philipoussi et Antoine Peillon.

* 11 avril 2015, 17h à 18h30 – L’espérance d’Ellul (et de Charbonneau). Actualité de l'écologie protestante et libertaire. Animé par Dolaur Liberté Crozon-Cazin, Robert Philipoussi et Antoine Peillon.

* 16 mai 2015, 17h à 18h30 - La corruption, au vitriol du prophétisme. Animé par Antoine Peillon, Robert Philipoussi et Dolaur Liberté Crozon-Cazin.

* 20 juin 2015, 17h à 18h30 – Face à l’ingouvernable, refonder la République ! Animé par Claire Gruson, Robert Philipoussi et Antoine Peillon.

Résister

Résister

Tag(s) : #Rencontres

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :